Mako

Leaves from the vine, falling so slow. Like fragile, tiny shells, drifting in the foam. Little soldier boy, come marching home. Brave soldier boy, comes marching home.

Drôle de bonhomme que Mako, l’un des premiers acteurs asiatiques américains a avoir tenté de percer les frontières forcément difficiles des rôles de composition pour ses comparses. Démarrant chez Robert Wise sous les trombes, faisant des crochets par le Japon, il jouera les asiatiques interchangeables pendant très (trop ?) longtemps pour Hollywood avant d’enfin s’offrir une magnifique fin de carrière auprès de nos chères têtes blondes.

  • Notes de l’épisode :
    • Intro : Conan Le Barbare – John Milius
    • Kicker Ending: Conan Le Barbare – John Milius (eh oui !)
    • Générique composé par Fabien Chombart
    • Silence Version Shinoda

J’étais dans ma période « l’enfance, c’est fini ». Finito les dessins animés, j’étais à la fac, il était temps de devenir adulte. Je m’intéressais à des films de la Nouvelle Vague (coucou Godard !) et autres films cérébraux pour paraitre plus intelligent. Un jour où je décuvais de la veille, je me suis laissé embarquer par Avatar: Le Dernier Maître de l’Air qui passait à la TV. En VF, certes mais j’étais guéri ! Depuis, je me suis rattrapé sur pas mal de sujets notamment Justice League. Mais bref, là n’est pas le sujet. C’est avec Avatar que j’ai découvert Mako, hélas bien trop tard avec ce rôle magnifique mais crépusculaire.
Ai-je besoin de spécifier que la directrice de casting était Andrea Romano ? Non, vous l’aviez deviné, cher auditeur.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.